Voltaire à Ferney

Ecrasons l'infâme !

A lire

BP Voltaire

Un papier sur Voltaire dans le Bien Public: http://www.bienpublic.com/edition-dijon-ville/2015/02/13/voltaire-ami-de-la-justice-ou-presque

Voltaire et Ferney sont Charlie

Charlie Ferney 3

6000 personnes pour protester en silence, dimanche, contre l’intolérance, le fanatisme et la barbarie. Au pays de Voltaire, une belle leçon de liberté et de civisme. Ensemble, écrasons l’infâme. Visionnez ici la vidéo de cette journée historique: http://youtu.be/tbrVf5MGcSg

 

Ferney-Charlie: rendez-vous à 14h ce dimanche

CharlieVoltaire sd

Retrouvons-nous tous à 14h, ce dimanche, au rond-point St Vincent (au bas de l’allée du Château) pour une marche silencieuse qui nous mènera à la statue de Voltaire.

Soyons Charlie tous ensemble !

Voltaire est Charlie, nous aussi

CharlieVoltaire sd

La guerre selon Voltaire et Brassens

POILUS

 

« Tant que le caprice de quelques hommes fera loyalement égorger des milliers de nos frères, la partie du genre humain consacrée à l’héroïsme sera ce qu’il y a de plus affreux dans la nature entière. »

Voltaire, Dictionnaire philosophique, 1764.

 

« Moi, mon colon, celle que j’ préfère
C’est la guerr’ de quatorz’-dix-huit. »

Georges Brassens, 1962

Ecouter la chanson

 

Au pays de Voltaire plus encore qu’ailleurs, la guerre est intolérable.

Qui étaient-ils, ces 33 Ferneysiens, ces quelque 700 Gessiens qui ont trouvé la mort entre 1914 et 1918 dans ce que les historiens officiels ont nommé la Grande Guerre et qui ne fut hélas qu’une grande boucherie ?

Cent ans après leur disparition, un site internet (www.memoire-gessienne.fr) recense toutes ces victimes innocentes et dévoile leur portrait, leur âge, leur profession, leur famille, leur village, la date et le lieu de leur mort ou de leur disparition.

Pour l’essentiel, ces documents proviennent d’une publication aujourd’hui introuvable, le Livre d’or des enfants du Pays de Gex morts glorieusement pour la France, publié en 1920 par l’imprimerie Boccard à Gex.

Outre ce travail de mémoire, le site fait également appel aux descendants des victimes, avec l’espoir de publier, au jour le jour, des photos, des lettres, des notes… Quel arrière-petit-fils saura-t-il retrouver ce qu’on lui a légué ou simplement raconté de son ancêtre mort à la guerre ?

Voltaire encore: « Le merveilleux de cette entreprise infernale, c’est que chaque chef des meurtriers fait bénir ses drapeaux et invoque Dieu solennellement avant d’aller exterminer son prochain. »

 

Voltaire était un blond aux yeux bleus !

Voltaire cul FC 113« Voltaire était de race germanique ; d’ailleurs son nom d’Arouet n’est-il pas une corruption de l’appellation allemande Arwid ? […] Voltaire avait […] les cheveux blonds et les yeux bleus ; de plus, il était grand » (Jugés par eux-mêmes. Paroles allemandes. Préface de Whitney-Warren, citoyen américain, membre de l’Institut, Paris et Nancy, Berger-Levrault, 1916, p. 5 et 35-36).

Ce texte cocasse sur Voltaire a paru dans une publication française de 1916 – en pleine guerre – dont l’ambition était de combattre l’ennemi allemand par ses propres paroles (In His Own Write, comme disait John Lennon). En effet, la citation s’inspire vaguement d’un ouvrage de l’anthropologue et raciologue Ludwig Woltmann intitulé Die Germanen in Frankreich. Eine Untersuchung über den Einfluß der germanischen Rasse auf die Geschichte und Kultur Frankreichs (pour les amateurs : https://archive.org/stream/diegermaneninfr00woltgoog#page/n11/mode/2up ; la traduction française a paru sous le titre Les Germains en France : l’influence de l’élément racial germanique sur l’histoire et la culture de la France en 2008 (!) chez DOXA Editions).

Woltmann (1871-1907) a été après sa mort l’anthropologue clé des recherches anthropologiques de l’Ahnenerbe nazie en France – ce n’est pas pour rien qu’il avait dédié son livre à Georges Vacher de Lapouge, auteur, entre autres, de L’Aryen, son rôle social, cours libre de science politique, professé à l’Université de Montpellier (1889-1890) publié en 1899.

Quant à l’architecte et écrivain Whitney Warren, qui a écrit la préface du recueil, c’était un membre de la communauté américaine à Paris qui avait déclaré en 1915 dans une conférence que la France avait, « depuis des siècles, la responsabilité de la vie spirituelle des peuples » (The Testimony of an American Citizen in France, 1914-1915).

Gerhardt Stenger

Voltaire cul FC 113

Voltaire en papier mâché

Voltaire à Ferney 2015 d

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Balzac et Voltaire

Balzac

Chers amis,

Voici deux citations de Balzac (que vous connaissez sans doute), mais qui m’ont étonné. Je croyais que Balzac, monarchiste et catholique,  était plutôt antivoltairien. Les passages que j’ai extraits de Illusions perdues (en ce qui me concerne son chef d’ œuvre, ne serait que pour l’inoubliable rencontre entre Vautrin et Lucien de Rubempré sur la route de Paris) en sont d’autant plus intéressants : Balzac prend Voltaire comme un exemple d’une « royauté » du littérateur ou de l’intellectuel engagé, au point de regretter qu’il n’y eût pas en son temps un nouveau Voltaire.

Et en notre temps ?

Je vous souhaite une joyeuse fin d’année et un bel élan pour 2015.

Roger Bergeret

Lire les deux citations…

Voltaire dans les favelas

A Sao Paulo, un chauffeur routier a bravé le règlement et risqué sa place en détournant un camion, « emprunté » à son entreprise et transportant 16.000 litres d’eau potable qu’il est allé distribuer, gratuitement, aux habitants les plus pauvres des quartiers sud.

Sa motivation? Elle se trouve sur le tableau de bord de son véhicule. Regardez bien…

Sao 1 Sao 1s

Eh oui, notre homme lit Voltaire et l’emporte même avec lui dans sa cabine. En plus de l’eau, il apporte les Lumières là où on en maque le plus.

Pourquoi lire les historiens du passé? Le cas de Voltaire

Conférence de Marc Hersant, de l’Université d’Amiens

Jeudi 13 novembre, 18h30. Orangerie du château. Entrée libre.

Voltaire fut le plus célèbre historien de son époque, et aussi le plus violemment discuté : pendant plus de quarante ans, de l’Histoire de Charles XII à l’Histoire du Parlement de Paris, en passant par ces trois monuments historiographiques que sont Le Siècle de Louis XIV, l’Essai sur les mœurs et l’esprit des Nations et l’Histoire de l’Empire de Russie sous Pierre le Grand, il s’attela à ce genre narratif en prose, le plus prestigieux de son époque, avec une énergie et une ténacité qui forcent l’admiration.

« Older posts

© 2015 Voltaire à Ferney

Theme by Anders NorenUp ↑